samedi 28 mars 2015

Pour vivre autrement, faut-il beaucoup de temps? ECOLO AU BOULOT

Cette petite série touche à sa fin...

Bien sûr, il est plus facile de changer ses habitudes quand on a du temps. On a plus le loisir de se renseigner, de tâtonner, d'expérimenter.
Malheureusement, beaucoup de personnes aimeraient changer leurs habitudes, aspirent à un mode de vie plus sain, mais doivent passer presque 10h/jour hors de chez elles.

J'ai essayé dans les précédents aricles de la série "Pour vivre autrement, faut-il beaucoup de temps?" de montrer qu'on peut manger mieux en peu de temps ( article sur la cuisine ), nettoyer sa maison de fond en comble en utilisant des produits naturels sans y passer 3 heures, et même  fabriquer ses cosmétiques maison rapidos.

Aujourd'hui, on va voir comment essayer de changer quelques petites habitudes sur son lieu de travail.

Actuellement je travaille à domicile, donc je n'ai plus les préoccupations dont on parlera aujourd'hui, mais je les ai eues pendant plusieurs années.
Je vais donc puiser dans mon expérience et dans mes souvenirs pour essayer de vous donner des pistes.

Commençons par le commencement: se rendre sur son lieu de travail.

L'idéal, bien sûr, est de pouvoir s'y rendre à pieds ou à vélo, mais ce n'est pas à la portée de tout le monde.
Quoique.
Y avez-vous vraiment réfléchi?
Combien de kilomètres êtes-vous capables de faire à vélo? Vous êtes-vous seulement posé la question?
Pour ma part, j'ai toujours trabaillé à plus de 20 km de chez moi donc le problème ne s'est pas posé.
Oui, c'est sûr, les puristes me diront que 20 km, ça se fait en vélo. Mais avec un enfant à récupérer chez la nounou et le pont de St Nazaire à passer, tout ça après une journée de travail prenante, ben... Non! Je passe mon tour.
Personnellement, je me dis que je pourrais aller jusqu'à environ 5 ou 7 km pour faire mes trajets domicile / travail en vélo, pas plus.

Une autre alternative à la voiture individuelle est évidemment les transports en commun.
Il faut que ça soit possible, c'est sûr.
Dans mon village, 3 bus passent le matin en 3 le soir.
J'ai essayé pendant quelques mois de me rendre à mon travail en mini-bus.
Cela me faisait perdre 20 minutes le matin et 20 minutes le soir, mais j'étais prête à faire ce sacrifice pour ne pas prendre mon véhicule tous les jours.
Combien de temps êtes-vous prêt à "perdre" pour prendre les transports?
Je trouve que les transports peuvent être un sas de décompression différent de la conduite.
J'ai dû arrêter car régulièrement le bus arrivait avec 10 minutes d'avance le soir... m'obligeant à attendre le suivant 1h30 après... et à arriver chez moi énervée d'être là plus de 2h après avoir quitté mon travail! Perdre 20 minutes, je veux bien, 2h, c'est non!

Enfin, une autre solution que j'ai expérimentée, et celle qui me convenait le mieux, c'est le covoiturage.
Il existe de nombreux sites internet, je vous laisse regarder.
Mais pour ma part, j'ai simplement trouvé une personne dans mon entreprise directement.
Vous pouvez, j'en suis sûre, trouver des gens qui habitent près de chez vous, avec qui vous pourrez partager les trajets.
Pourquoi ne pas passer une annonce dans le hall de l'entreprise, ou sur le site intranet?

Une fois arrivé au travail, la marge de manoeuvre pour avoir un comportement écologique est un peu limitée.
En effet, vous pouvez être confrontés à du gâchis de grande ampleur de la part de votre entreprise, mais cela ne doit pas vous décourager.
En bon petit colibri, il y a plein de petites choses que vous pouvez faire:
  • Si vous êtes amenés à vous déplacer, faites-le avec organisation et parcimonie. Groupez vos déplacement. OK l'essence des voitures de fonction ne coûte rien à votre propre porte-monnaie, mais ça pollue pareil.
  • Adoptez un comportement responsable en ce qui concerne les fournitures données.
  • En parlant de fournitures, parlons plus précisément du papier. N'imprimez que ce qui est absolument indispensable. Mettez une phrase de signature sur votre mail pro qui invite le lecteur à faire de même. Récupérez en brouillon le (trop nombreux) papier jeté. Pour ma part, je n'ai jamais utilisé un seul post-it ni un seul bloc. Je coupais en 2 les feuilles de brouillon au format A4 et je les retenais entre elles par un trombone. C'était mon bloc de brouillon! Je me servais également de la partie "Notes" de mon agenda pour me noter les listes de choses à faire.
  • Vous pouvez initier des choses au niveau de votre entreprise: un systême de covoiturage, une proposition de tri des déchets plus efficace, suggerer un choix de fournitures plus écologique... Qui ne tente rien n'a rien!
Un autre enjeu, lorsqu'on travaille à temps plein à l'extérieur, c'est le repas du midi.

Enfin je dis du midi, mais ça peut être du soir, hein! Je parle du repas à l'extérieur.
La fameuse gamelle, rebaptisée gracieusement o bento depuis la mode japonaise qui déferle sur notre pays^^.
Comment ne pas céder au snack d'à côté, qui vous propose une nourriture certes rapide, mais ni saine ni économique à la longue, sans parler des déchets qu'il produits?

Comment ne pas céder au plat industriel tout prêt qu'on a juste à prendre dans le placard le matin en même temps qu'on se brosse les dents parce qu'on est déjà à la bourre?

Je vais distinguer 2 cas de figure: lorsqu'on peut avoir un endroit pour manger et même ce qui faut pour réchauffer, et lorsque c'est impossible.

Lorsqu'on peut réchauffer son plat et manger dans une salle, comme c'était mon cas, c'est bien le plus facile.
Comment se faire un repas équilibré pour le midi, qu'on aura juste à réchauffer?
Quelques pistes:
  • Bien sûr, le plus facile est de cuisiner en quantité plus importante le soir et de vous en garder une part pour le lendemain midi.
  • Vous pourrez accompagner votre plat sans problème d'un dessert maison que vous aurez fait en grande quantité aussi, et d'un fruit.
  • A l'époque où je travaillais à l'extérieur, je n'étais pas végétarienne donc je mangeais de la viande le midi mais pas le soir. Il n'était donc pas évident de garder de mon repas du soir pour le lendemain midi. Je me rappelle que je cuisinais plus le week-end et que je congelais pour plusieurs jours de la semaine.
  • Vous avez peut-être un endroit à votre travail où vous pouvez stocker un peu de nourriture (un frigo au mieux, ou juste un placard). Dans ce cas, lors de vos courses, pensez aux moments où c'est le rush chez vous et amenez des aliments qui ne s'abiment pas facilement et que vous pourrez garder un peu en prévision des jours où vous ne pourrez pas cuisiner: quelques fruits, quelques carottes, une ou 2 boites de conserves de légumes ou de maïs, un peu de vinaigrette, une boite de thon, un paquet de galettes de riz ou autres céréales... Bref, de quoi vous concocter un petit repas sur le pouce!
  • J'ai déjà entendu parler d'un systeme que j'avais trouvé super sympa même si je n'avais jamais eu l'occasion de l'expérimenter: plusieurs collègues s'étaient groupés et avaient décidé que chacun cuisinait pour tout le monde un jour de la semaine! Du coup, une seule fois à cuisiner, et le reste du temps: on se met les pieds sous la table!
Comment faire quand on n'a pas la possibilité de se poser pour prendre un vrai repas? Quand on est en tournée, en voiture, qu'on n'a pas de temps, rien pour réchauffer?
Ce n'est pas évident, je le reconnais!
Quelques pistes:
  • Les possibilités de sandwiches sont très grandes et pas forcément une catastrophe diététique en fonction de la qualité du pain et de ce que vous mettez dedans. Je vous remets le lien vers faire son pain pour la semaine en 5 minutes. Vous pouvez bien sûr doubler les doses par rapport à l'article, je rappelle que le pain se congèle sans aucun problème. Que mettre dans un sandwich végé? Houmous, purée d'avocats, tapenades, légumes (oui, légumes, parfaitement, aromatisés au curry, miam!), crudités, protéines de soja texturé, tofus aromatisés (fumé, à l'ail, rosso, au curry...), des oeufs durs pour ceux qui en mangent encore, pensez au salé / sucré, innovez, c'est la fête! 
  • Vous pouvez également préparer une multitude de salades composées en vous servant de vos restes:
- Reste de riz: tomate, maïs, carottes, concombres, tofus coupés en dés...
- Reste de pâtes: champignons, courgettes, pommes, noix
- Restes de légumineuses: lentilles, pois chiches, etc... font d'excellentes salades aussi!
- Restes de différentes céréales: millet, boulgour, quinoa, semoule (taboulé!)
  • Pensez également aux pizzas, quiches et cakes salés, que vous aurez cuisinés en plus grande quantité la veille ou même un autre jour et congelés! Tout ça se congèle très bien les amis: n'hésitez pas! Mes derniers en date: cake salé végétalien au tofu rosso et aux fânes de carottes et  pizza au tofu à l'ail des ours (attention les yeux il y a du jambon dans ce lien, âmes sensibles s'abstenir). Les possibilités de pizzas, quiches et cakes sont également infinies, tapez "cake végétarien" sur n'importe quel moteur de recherche et vous trouverez votre bonheur.
  • Pourquoi, justement, ne pas prendre 15 minutes de votre temps une fois pour toutes, pour faire la liste de ce que vous pourrez manger le midi? Farfouiller sur le net pour trouver des idées de recettes, prendre une feuille et un crayon, noter ce qui vous intéresse... Et ne pas oublier bien, sûr, en même temps, d'étoffer la liste de courses.
  • Avec un thermos de bonne qualité, vous pourrez garder de la soupe ou du thé jusqu'au midi. La soupe aussi ça se congèle: faites-en des litres d'un coup!
  • Gardez toujours dans votre sac de quoi grignoter si vous n'avez pas la possibilité de manger: fruits, fruits secs, noix, amandes, barres de céréales (maison si possible), galettes de céréales...
Et après, vous savez quoi?
Si en plein hiver vous en avez ras-le-bol de manger des casse-dalles dans votre voiture, eh bien vous avez le droit de manger dans un resto! Et même des trucs gras et cracras!
Voilà, c'est dit, on est pas là pour porter notre croix et surtout risquer d'y perdre sa santé en mangeant mal, trop peu, déséquilibré et trop vite!

Alors faites ce que vous pouvez mes petits colibris, et RDV la semaine prochaine même jour même heure pour faire le bilan de cette petite série!

3 commentaires:

  1. Écolo au boulot? Le rêve!
    Je suis obligée de prendre ma voiture, c'est très mal desservi en transports en commun. J'emporte mon déjeuner fait maison et parfois des yaourts ou desserts maison. Il y a une machine N*spresso. Au début je l'utilisais mais ça revient cher à la longue, donc j'ai opté pour du café soluble (pas de gobelet évidemment). Il me reste 2 bouteilles d'eau de source à terminer et après je pense récupérer une bouteille en verre à remplir au robinet.
    Ce qui me désespère c'est la quantité de papier consommé au quotidien! C'est incroyable! Je fais en sorte d'imprimer en recto-verso mais je dois penser au préalable à modifier les paramètres d'impression. Sur une équipe de 8 personnes je suis seule à le faire. J'essaie de les sensibiliser mais ça ne prend pas. Mais je ne désespère pas! Et encore, je ne te raconte pas les prospectus à remettre aux clients...
    C'est pas gagné.
    Same Iro

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non c'est pas gagné, j'imagine bien (pour l'avoir vécu!)
      Mais il ne faut pas se désespérer, on est des colibris qui essayons d'éteindre le feu de foret avec nos petits becs!

      Supprimer
  2. Rho mais tu habites du côté de St Nazaire?!!
    Mais c'est trop chouette ça (enfin c'est pas la plus belle ville du monde mais j'y suis née et j'ai grandit là!) Maintenant mes parents sont sur Ste Reine de Bzh mais j'y vais tjs pour voir ma cousine :) (oui j'ai quitté la région mais ça me fait tjs plaisir de voir des gens qui habitent là-bas ^^)

    RépondreSupprimer

On en cause ensemble?