mardi 7 avril 2015

Pourquoi j'ai arrêté de fréquenter les hard discounts

Avant, je faisais toutes mes courses chez Dia.
Mais ça... c'était avant!

Evidemment j'y trouvais des avantages: déjà, le prix, faut pas se leurrer, et aussi le fait de faire toutes mes courses au même endroit.

Un jour que je faisais tranquillement mes courses chez Dia, une employée (vendeuse / caissière / manutentionnaire, ben oui, parce que là-bas elles font tout, ce qui fait qu'il n'y a jamais personne à la caisse au moment où tu arrives vue que le personnel est occupé à mettre en rayon) s'est fait violemment prendre à partie au rayon surgelés par un... ivrogne passablement émeché.

Parce que oui, il y a souvent dans ce Dia des clients qui zonent 3h dans les rayons pour repartir avec une caisse de bières et une baguette mollasse et suremballée.

Donc j'entends des cris, le bonhomme devient carrément agressif...
Les clients se carapatent dans les autres rayons en faisant semblant de n'avoir rien entendu, normal quoi.

La nénette galère, elle perd ses moyens.
J'interviens, du haut de mes 50 kg pour essayer de calmer le poivrot, qui finit par partir.

Là, l'employée fond littéralement en larmes dans mes bras.
Je lui demande pourquoi elle n'a pas pu faire intervenir un responsable, et elle me répond qu'il n'y en a pas dans les locaux, comme très souvent.
Que les employées (souvent des jeunes femmes) sont prises à partie quasiment tous les jours par ce genre de clients.
Que leurs conditions de travail sont déplorables, que les heures supp' ne sont pas comptabilisées, etc...

Elle craque total.
Je suis donc restée quelques minutes avec elle le temps qu'elle se reprenne et qu'elle sèche ses larmes.

Depuis ce jour, je n'ai plus jamais refait mes courses dans un hard discount.

Parce que oui, je dois gagner une trentaine d'euros sur mon plein mensuel, mais pas à ce prix-là, désolée.
Les conditions de travail y sont déplorables, quant à la camelotte proposée...
Evidemment à ce prix-là, il ne faut pas s'attendre à du bio, local et sain.

Notre porte-monnaie est notre arme.
Et moi, je n'utiliserai plus mon argent pour engraisser une compagnie qui maltraite de la sorte ses employés.

Voilà.

9 commentaires:

  1. nous allons aussi essayer de réduire petit à petit la fréquentation de ce genre de magasin. Principalement en mangeant autrement, et en consommant différemment. je ne savais pas pour les employées , mais ça ne m'étonne guére :(
    mais c'est vrai, notre porte monnaie est notre arme, espérons que beaucoup de monde ouvrira les yeux :

    RépondreSupprimer
  2. je me doutais bien que les condition des employées n'étaient pas très "cool" mais je ne pensais pas que c'était à ce point là!
    bon, ok, je fréquente un hard discount en gros tout les 15 jours, je vais voir comment faire autrement!
    mon porte monnaie risque de faire la tête, mais ma tête elle s'en portera mieux! Merci

    RépondreSupprimer
  3. On m'a rétorqué suite à cet article, que les conditions de travail dans les supermarchés ne valaient guère mieux.
    Dans les biocoop, on peut aussi se poser la question. Dans ma biocoop, les jeunes tournent qd-même pas mal, et beaucoup d'entre eux sont un peu là par hasard et ne s'y connaissent absolument pas.
    Malgré tout, je persiste et signe quant à mon avis sur les hard discounts.
    Je ne cherche pas à payer moins cher à tout prix, je veux juste consommer mieux. Ce qui me fait faire des économies, certes, mais ce n'est pas le but premier.
    Quand on peut avoir le beure et l'argent du beurre (végétal)...

    RépondreSupprimer
  4. en n'achetant pas dans ce magasin , vous la mettez au chomage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien j'espère qu'après une (courte) période de chômage, elle trouvera un emploi où elle n'ira plus la boule au ventre.

      Supprimer
    2. Parfaitement d'accord. Je trouve que le "chantage au chômage" justifie bien trop de maltraitances.

      Supprimer
  5. Totalement d'accord avec toi ! Je ne fréquente pas ce genre de magasin non plus !

    RépondreSupprimer
  6. j'ai passé 8 ans chez carrefour donc je sais que les conditons ne sont pas top. Mais chez Biocoop c'est encore pire. Je n'y suis même pas allée, car avec ma fille avoir son planning 3 jours avant c'était tout juste impossible. Ils demandent à leurs employés d'être dispo de 6h à 21h tout simplement 'au cas où ils auraient besoin', et ne voient pas du tout où est le problème! Alors c'est sûr que les clients des bios ne sont pas les mêmes, mais chez biocoop il y a souvbent aussi un seul patron pour 5 ou 6 magasins donc autant dire qu'en cas de soucis les employés ont interet à savoir se débrouiller. Bref pour moi tout le secteur du commerce alimentaire c'est fini, j'ai tourné la page pour le bien de ma famille :) Après preso je vous suis completement dans votre démarche, mais je préfère parfois aller tout simplement au supermarché local et acheter en regardant les étiquettes. Je suis beaucoup plus local que bio perso, le lait bio qui vient de pologne non merci ;)

    RépondreSupprimer
  7. j'arrive un peu tard sur cet article mais je voulais préciser que dans les gros supermarché il y a de l'abus aussi, peut-etre qu'il y a plus de monde et des sortes de gros bras pour défendre le personnel mais mon mari a travaillé 6 mois chez Leclerc et il a bien vu comment ça se passe de l'intérieur...bon ok il est pharmacien et bossait à la para mais les vendeuses qui bossaient avec lui étaient de simple caissière qui tournaient de temps en temps...eh oui pour elle c'était un peu les vacances d'avoir un poste à la para...amis du coup niveau conseil c'était zero, elles n'avaient aucune formation ni en cosmeto ni en dermato ni en esthetique ni en dietetique.....bref nada.....et du coup elles lui racontaient comment c'étaient le boulot aux caisses......, elles sont toutes à temps partielles ( et bien sûr difficile voir impossible de trouver un boulot en complément)donc ne gagnent meme pas un smic complet...plus les ouvertures les dimanches en decembre....les horaires très larges.....

    RépondreSupprimer

On en cause ensemble?