mercredi 2 septembre 2015

Lecture de septembre 2015: "Le papillon des étoiles" de Bernard Werber

Une fois n'est pas coutume, c'est d'un roman dont je vais vous parler aujourd'hui!

Mais pas n'importe quel roman: un de mon auteur préféré de tous les temps: Bernard Werber.
Cet être supérieur, illuminé, hors du commun, visionnaire.
(J'en fais trop là, non? Pourtant c'est exactement ce que je pense. Ce mec est juste incroyable.)



Imaginez un ingénieur qui décide de créer une sorte de vaisseau spatial qui se déplacerait grâce à des voiles qui capteraient la lumière.
Ce vaisseau ferait 32 km de long et accueillerait 144 000 personnes qui auraient été sélectionnées pour repeupler une autre planète, qui se trouve à 1000 années de trajet de la Terre.
Sur la Terre, plus guère d'espoir d'ailleurs, l'argent, le terrorisme, la violence et les catastrophes naturelles leur laissent penser que la fin est proche, et que l'humanité doit fuir pour reconstruire un monde ailleurs en ne refaisant pas les mêmes erreurs.

1000 ans de trajet, vous pensez bien que ce ne sont pas ceux qui sont partis qui vont arriver, mais leurs descendants, 50 générations plus tard.

Ce livre m'a complètement exaltée et je l'ai lu en 2 jours pendant les vacances.

On ressent énormément le point de vue de Bernard Werber sur le monde d'aujourd'hui: la surconsommation, la pollution, la destruction de notre planète, l'avidité, le pouvoir, les idéaux...
Je trouve son point de vue néammoins très lucide, on ne tombe jamais dans le gnangnan de base, avec des hommes parfaits qui recréent un monde parfait, non, jamais.
Je pense d'ailleurs que l'auteur a parfaitement cerné les travers des hommes...

Je ne peux pas vous en dire plus et pourtant j'adorerais!!!
Mais si je le fais, je vais devoir vous révéler des rebondissements incroyables et je ne veux pas vous gâcher la surprise!

La fin est juste incroyable.

Voilà un livre que j'ai déjà commencé à prêter et qui risque de voyager beaucoup.

LISEZ-LE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

On en cause ensemble?