jeudi 24 mars 2016

Le colibri qui n'éteignait pas le feu de forêt tout seul...

Il y a des moments dans la vie où on est confronté à des problématiques récurrentes qui nous parasitent.
Cela se produit une fois, 2 fois, 3 fois, on essaye de trouver une solution, 2 solutions, 3 solutions...
Et puis à un moment, on a besoin de dire STOP, se poser, prendre du recul et analyser la situation.

En ce moment, la problématique qui me parasite est la suivante:
J'essaye de faire tout ce que je peux pour donner aux autres, de l'attention, de l'aide, du soutien, être dans l'action, etc...
Et j'ai l'impression que les autres se "reposent" sur ce que je fais comme si c'était tout à fait normal et que cela était dû.

Je suis confrontée à cette situation au niveau professionnel et au niveau de ma vie virtuelle.
Je suis en ce moment proche de l'épuisement car je donne sans compter et j'ai l'impression que je pourrais y donner jusqu'à ma dernière chemise, je suis aspirée et essorée, et je suis attristée par le manque de réactivité des autres personnes.

J'ai la sensation de demander aux autres de "m'aider à les aider" en me donnant des billes concrètes pour avancer, mais qu'on me répond "non, je ne te donnerai rien, débrouilles toi pour m'aider, sors ta baguette magique".
Je me sens comme le petit colibri devant le feu de forêt, avec sa minuscule goutte d'eau dans son petit bec, et les autres animaux de la forêt qui se prélasseraient autour de lui en lui disant: "Allez, plus vite, le feu avance, on va tous se faire cramer, passe la seconde là!".

Alors, "Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde", je veux bien, je l'applique tous les jours, mais quelques fois le découragement me guette.
Autant j'arrive à me dire que la plupart des gens n'a pas les mêmes préoccupations que moi, ça OK.
Mais que les gens qui ont la même préoccupation que moi ne prennent pas leur part de responsabilité, j'ai du mal.

Je suis quelqu'un de très attaché à la notion de responsabilité, et à l'idée qu'on avance ensemble, que les idées se propagent, que les petites graines germent à un moment ou à un autre.

Je pense que pour changer, pour atteindre un objectif, il faut pouvoir un minimum se remettre en question et sortir de sa zone de confort.

A son rythme, certes, step by step on est d'accord, mais en tous cas on n'avancera pas en s'asseyant tranquillement en bas de l'escalier en attendant que quelqu'un nous porte jusqu'en haut.

Les blocages pour avancer vers une vie plus simple et s'extraire du diktat imposé de la société de surconsommation sont énormes et j'en ai bien conscience.

Mais de plus en plus, je lis des échanges de ce type:
"Je voudrais bien arriver à faire comme vous, comment faire?"
"Concrètement, je te propose telle ou telle solution concrète, tel aménagement, etc..."
"Oui mais non, je peux pas parce que blablabla"
"OK, aujourd'hui tu penses que tu ne peux pas, mais je t'invite à lire tel ou tel document (joint à la réponse), pour commencer à cheminer"
"Oui mais non, je peux pas parce que blablabla"
"As-tu lu ce que je t'ai répondu et envoyé?"
"Oui mais non, je peux pas parce que blablabla"
"Ecoute, relis les réponses, lis les documents, va à ton rythme et on en reparle"
"Donc tu ne veux pas m'aider et tu me laisses me démerder???"

BON

Je ne demande pas aux gens de calquer leur vie sur la mienne, et en plus je ne prétends pas être parfaite, loooooooin de là.
Ce genre d'échanges, que ce soit dans la vie réelle ou dans la vie virtuelle m'épuisent et il faut donc que je trouve une solution.

Je me suis donc posé et j'ai tenté d'analyser les choses.

Voici ce que j'en ai retiré:
  • Le colibri n'est pas responsable du feu de forêt donc il n'a pas à porter le poids de la culpabilité (la culpabilité et moi, c'est une histoire d'amour vache)
  • Le colibri n'a pas à supporter les remarques des autres animaux qui ne se bougent pas les fesses
  • Je me connais bien depuis le temps que je me fréquente et je sais reconnaître les signaux de mon corps: en ce moment ça tire sur la corde.
  • Je dois donc mettre en place un plan d'action pour être plus efficace sans m'épuiser
  • Je dois travailler sur moi-même pour ne pas me mettre la pression d'une obligation de résultat. Et le rappeler aux autres le cas échéant.
  • Je dois plus que jamais canaliser mon énergie pour la diriger vers ce qui est efficace au lieu de la laisser fuir dans le vent
  • Je dois me détacher de ce que les autres pensent de moi. Ce n'est pas parce qu'on donne toujours plus qu'on est plus aimé. Au contraire, même. On crée un sentiment de dépendance chez les autres en leur donnant l'illusion que tout est facile et naturel pour nous alors que pour eux c'est difficile.
  • Il faut réussir à se détacher de ce que les autres renvoient en se disant que ça leur appartient. Si tu n'es pas satisfait de tout ce que j'ai fait pour améliorer ton problème alors que toi-même tu n'as pas bougé le petit doigt, c'est ton problème!
  • Il serait très profitable pour moi de réfréner mon impatience à voir le changement ou l'action chez les autres. La patience, ce n'est pas mon truc... J'ai une marge d'amélioration abyssale à ce niveau-là.
  • Je dois augmenter mon pouvoir d'empathie en acceptant les blocages chez les autres. Je dois me rappeler d'où je viens et où je vais.
Bon eh bien je vais vous laisser, hein???

Comme vous le voyez j'ai du pain dur la planche!!!

17 commentaires:

  1. Prendre des "vacances" vis à vis du groupe?
    Je le vois, je le lis, toutes les fois où tu interviens et que la personne en face de toi répond des "oui mais", à chaque fois je me dis "quelle patience tu as". Idem pour Herveline. Je pense que personne ne t'en voudras si tu décroches quelques jours, quelques semaines, histoire de te recentrer, penser à toi..

    Une licornette ;)

    Les2alchimistes.wordpress.com
    (chaque fois que je commente, je mets le nom de mon blog car ça me met par défaut l'identifiant google)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt mourir que de lâcher le groupe loooooooooool!!!
      Ah oui, j'ai oublié de préciser: le lâcher prise et moi, ca fait 2!
      Mais du coup je me connais et je vais prévoir quelques petits aménagements!
      Merci pour ton message en tous cas!!!

      Supprimer
  2. J'ai vécu un peu la même chose que toi et j'en ai retiré une conclusion: au plus tu fais pour les autres au plus c'est normal et ils finissent par te "marcher dessus". Du coup maintenant je pense qu'il faut aider les autres tout en se protegeant et en sachant dire non parfois. Et puis on ne peut pas "sauver les autres" ni prendre leur problèmes. Mais on peut les écouter, les soutenir comme on peut mais c'est à eux de régler leurs soucis. regarde, personne ne prend nos problèmes non? Je ne suis pas égoïste, mais pendant des années j'ai vécu pour aider les autres, et au final ça s'est vraiment mal terminée pour moi alors j'ai revu les choses et décidé de faire différemment. Et puis selon la personne que j'ai en face de moi j'essaye de voir si elle a vraiment besoin d'aide ou si c'est juste une "profiteuse". Et j'essaye de prendre un peu de distance car à force de s'identifier aux autres on prends leur problemes comme les notres ce qui n'est pas le cas. Et comme les autres n'ont pas les mêmes idées, les mêmes comportements que nous après ça capote. Courage, prends soin de toi car personne ne le feras pour toi, et tu seras plus forte pour apporter du soutien aux autres ;)

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai souvent ce sentiment aussi...
    Pour le moment, ma solution : je me nourris de ce que les autres m'apportent et leur montre ma gratitude ; je propose de moins en moins des solutions à ceux que je vois dans la difficulté mais qui ne m'ont rien demandé : je ne réussis pas encore à gérer la déception que je ressens quand à l'incapacité d'action et de responsabilisation de ces personnes là ; j'"accompagne" au mieux de mes possibilités ceux qui me le demandent, et effectivement j'enlève toute attente de "réussite" que je pourrais calquer sur MES attentes...
    Mais, bon, pas facile et je ne gère pas un groupe FB comme le vôtre, c'est à mon tout petit niveau :)
    Bon courage, tu es une belle et positive personne qui offre beaucoup.
    Tout le monde ne peut ni ne veut avancer ou "être sauvé", concentre-toi sur le plus parce que, même infime, il ne serait pas arrivé sans toi alors que le moins, lui...
    Aly Sept.

    RépondreSupprimer
  5. Marylou Baumard24 mars 2016 à 14:59

    J'ai lu en effet il n'y a pas longtemps, et j'ai participé, à un échange de posts entre le genre de personne que tu décris... Je comprends bien que ce soit épuisant quand on est admin. Nous qui ne sommes "que visiteurs", déjà, ça nous agace... Prends soin de toi, oublies-nous peut-être le temps d'un long week-end, et merci pour tout ce que tu fais, ce que vous faites. Bises

    RépondreSupprimer
  6. Plein de chaudouxdoux rien que pour toi :o)
    et hooooo! comme je te comprend!!!
    j'ai voulu aider, du mieux que j'ai pu, certaines personnes du groupe, qui demandaient des conseils, et j'ai lâché prise!
    en fait j'ai lâché tout court mes interventions sur le groupe :/ j'en suis pas fière mais c'est comme ça que j'ai l'impression de me protéger de cet espèce de sentiment que j'ai que quoique que je dise ou que je fasse "les autres" attendent toujours autre chose, je ne sais pas quoi, mais quoique que je dise ça ne suffit pas!
    et c'est a peut prêt pareil dans ma vie réelle! quand on me pose des questions j'explique mes démarches, quand on me demande mon aide, je l'offre volontiers mais ça ne convient jamais!
    donc je continue mon bonhomme de chemin, seule dans mon coin, je lis, je me documents, je m'informe mais je ne partage plus rien avec personne puisque ça ne semble pas convenir! c'est super égoïste comme réaction mais j'en ai marre de me fatiguer à aider des personnes, qui pourtant me l'ont demander, sans que celles-ci ne fasse rien pour avancer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rejoins dans cette opinion. Aider les autres en sachant que ce ne sera pas bien ou pas apprécié, pénible et surtout fatigant alors comme toi, je reste de plus en plus dans mon coin et continue mon chemin quitte à passer pour une egoiste ...que je ne sis pas mais je veux me protéger maintenant....

      Supprimer
  7. Whaou, merci pour vos messages!!!
    Ne vous inquiétez pas, hein, tout va bien!
    Mais souvent écrire me permet de me mettre au clair avec moi-même alors écrire cet article m'a fait du bien (et vos messages me font du chaud ds mon p'tit cœur)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. écrire me fais du bien aussi :)
      belle soirée à toi :)

      Supprimer
  8. Tu exerces et a exercé un métier d'aide, d'empathie, tu as donc un long et bon parcours de la relation d'aide. Mon métier se trouve également dans le secteur éducatif et, afin de ne pas me laisser aspirer par les problématiques et freins des autres (que ce soit dans mon métier ou à l'extérieur), avant de proposer une "solution", je demande à l'autre quelle(s) solutions il a envisagées et comment compte-t-il y parvenir et si besoin, je l'accompagne pour trouver d'autres solutions ou la mise en oeuvre de celles-ci. Car les "oui mais", c'est super épuisant, je comprends ta fatigue, tu ne peux pas porter le sac à dos de chacun ! Bon courage et repose-toi aussi (sur les autres!)

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,
    Aider les autres fait du bien au cœur. J'ai longtemps était comme toi, à attendre un retour qui ne vient pas. Je n'ai pas cessé d'aider les autres. Je le fais dès que possible. Je me protège et je n'attends plus rien en retour, et lorsque retour il y a je le savoure comme un gâteau au chocolat. En ce qui me concerne, je suis ton blog depuis un moment, sans réagir, j'en profite pour te remercier pou tous ces bon conseils, continue à être comme tu es.

    RépondreSupprimer
  10. ohlala pas si simple en effet. J'ai tendance à être comme cela, mais de l'autre côté, je me cherche souvent des excuses pour ne pas faire, ou retarder les échéances mais à aucun moment je ne saurais en jeter la pierre à celles et ceux qui m'apporte des solutions, des aides. Je les note dans un coin de mon cerveau (ou sur papier, ça dépend ;-) ) et au moment où je me sens prête, je me lance et là c'est une joie indescriptible et une satisfaction de se dire, et bien si en fait, c'est bon j'y suis :-D
    Et puis des fois c'est moi qui apporte des solutions aux autres et quand ils sont fermés et bien je laisse carrément tomber ... Mais c'est en vrai et je sais et me doute que cela ne doit pas être facile dans un groupe sur le Net car souvent les gens sont des assistés (attention je ne les critiquent pas, simplement ils le veulent mais ne sont pas près ou cela leur fait peur, donc je peux comprendre)
    Oui je me dis que cela ne doit pas être facile de leur faire comprendre gentiment, avec diplomatie...
    Alors je vous souhaite tout mon meilleur courage, toutes mes meilleures pensées pour que vous trouviez votre équilibre dans cet exercice de don de vous, que vous trouviez votre solution à ce problème (qui n'en sera plus un lorsque vous aurez trouvé ;-) )
    Je vous souhaite un excellent week-end de Pâques, plein de douceur, de repos, de bon moments et merci, merci pour le groupe :-D

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,
    effectivement aider les autres contre leurs gré est impossible.
    Perso, j'ai appris cela assez tôt, ainsi que le fait que beaucoup ne voulait pas s'engager (un projet de voyage entre ami est tombé à l'eau quand un ami et moi nous sommes contentés de ne faire que les tâches qui nous était défini).
    Malheureusement, ça a aussi trié le groupe d'ami! :s

    Sinon, pour reprendre une de tes expressions : tu es comme la semeuse : tu sèmes les graines, tu peux les arroser, les protéger des oiseaux, mais rien ne te garantis que tout les graines pousseront!

    RépondreSupprimer
  12. J'espère que ce sentiment ne t'habite plus :) je le comprends et le connais. C'est vrai que c'est usant de donner toutes les clés et que la personne en face ne fasse aucun effort. C'est pour ça que régulièrement au lieu de donner un lien je donne les infos pour que la personne trouve en devant faire un petit pas, comme une recherche internet par exemple. Mais bien souvent tu vois qu'elles n'ont pas envie/ne se rendent pas compte... Mais à côté de ça il y a toutes les personnes adorables qui te remercient et sont trop contentes grâce à ton accompagnement :) en particulier toi, qui arrive toujours à garder ta bonne humeur! :)
    Merci pour le temps et l'énergie que tu nous consacre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message :-)
      Non ce sentiment ne m'habite plus pour le moment, ce sont sûrement des phases.
      J'ai réussi à voir le verre à moitié plein en me disant que finaleme't on aide sur le groupe tellement de monde que ça en vaut la peine.
      Avec les mois qui passent j'ai également découvert que certaines personnes les plus réticentes et les plus bloquées au début on super bien avancé. Donc maintenant, face au blocage, je patiente.
      A bientôt!

      Supprimer

On en cause ensemble?