mercredi 25 mai 2016

Ma révélation: manger en pleine conscience, ça change la vie!!!

On va continuer sur la lignée des livres super inspirants que je lis en ce moment et que j'ai envie de partager avec vous!

Après La magie du matin dont je vous ai parlé la semaine dernière et qui a semblé énormément vous inspirer tout comme moi, au vu des nombreux retours sur les différents groupes, sur le blog, et sur ma page Facebook, aujourd'hui j'ai envie de vous parler de ce livre:





Quand je l'ai vu en librairie, malgré ma lutte contre les achats compulsifs, surtout de bouquins... j'ai juste sauté dessus sans me poser aucune question!!!

En effet, comment résister?
Il aborde plusieurs thèmes qui me sont chers: le bouddhisme, le rapport à l'alimentation sur son versant simplicité et minimalisme, et il est écrit par Thich Nhat Hanh, dont je n'ai lu qu'un seul livre pour le moment, "La colère", dont un passage a changé ma vie en me faisant aller vers le végétalisme (je vous en parlerai plus loin dans l'article).

Ce livre est un véritable petit bijou de simplicité et d'efficacité.
Aucune fioriture, des messages clairs qui vont à l'essentiel, il se lit facilement, se met en pratique facilement... tout ce que j'adore!


Voici les messages principaux:

■ Il est très facile d'utiliser le temps de repas comme un temps de pratique.

Même si dans la journée nous courrons dans tous les sens, nous sommes bien obligés de manger et de nous arrêter quelques minutes pour cela: plutôt que de mâchouiller distraitement en ruminant nos préoccupations, concentrons-nous vraiment sur le repas et la nourriture.

Je suis très attirée par la méditation depuis quelques mois, mais j'ai un cerveau récalcitrant, dans le sens où il ne s'arrête jamais de mouliner.

Pour les personnes qui me suivent sur ma page Facebook, vous avez d'ailleurs vu que je m'essaye actuellement aux petites méditations guidées le matin.

Manger en pleine conscience me semble être vraiment une bonne approche pour moi.


Essayons de nous connecter vraiment aux personnes qui mangent avec nous, et mangeons en pleine conscience avec eux.


Lire cela m'a fait l'effet d'un électrochoc car combien de vois j'ai avalé un repas avec mon fils en étant plongée dans mes préoccupations ou mes soucis, dans la gestion de mon planning de l'après midi, pensant à tout ce que je devais encore faire, etc...?


Combien de fois le soir, au dîner, avec mon mari, nous parlons de plein de choses, et souvent pas très gaies, pas du tout en rapport avec le repas, et nous ne nous rendons même pas compte de ce que nous avalons?

La pratique nous nourrit autant que les aliments eux-mêmes.
En mangeant, on nourrit son corps, en pratiquant, on nourrit son esprit.

Le moment du repas est particulièrement propice à développer un sentiment de gratitude.

Pensons à toutes les personnes qui n'ont pas assez à manger ds le monde.

Il ne s'agit pas de culpabiliser outre mesure, mais bien d'avoir conscience de la chance que nous avons et d'être reconnaissant pour cela.



Prenons conscience que pour qu'un aliment arrive dans notre assiette, il aura fallu que des dizaines d'éléments, de personnes, de phénomènes, entrent en jeu par un extraordinaire concours de circonstances.


Quand on mange un bout de pain, le blé a été cultivé par un agriculteur, ramassé, réduit en farine par un autre, commercialisé par un autre, il a fallu la terre, le soleil, l'eau.
A croire que la Terre entière s'est réunie pour que vous puissiez manger ce bout de pain!


Sur l'alimentation elle-même, Thich Nhat Hanh recommande de manger avec modération.

Il aborde brièvement les troubles alimentaires en disant que l'on cherche à recouvrir les émotions négatives par de la nourriture et que l'on devrait plutôt faire sortir et prendre soin de ces émotions.

Cela m'a rappelé son livre "La colère" que j'ai lu pourtant il y a plusieurs années et dont je me souviens bien malgré mon cerveau de Dory.

Il y explique qu'il faut prendre soin de sa colère, la prendre dans ses bras comme on prendrait un bébé. Ça m'avait marqué.



Enfin, le végéta*isme est sous-entendu à plusieurs reprises dans le livre mais abordé une seule fois directement.

Il doit bien sûr être favorisé dans le sens où il n'engendre pas de souffrance, est bon aussi pour la Terre et également pour notre corps.

Quand j'ai lu "La colère" il y a quelques années, je n'étais pas du tout en questionnement par rapport à mon alimentation et je ne me posais pas du tout la question du végétarisme.

Mais je me rappelle avoir été profondément heurtée par un chapitre où il détaille les origines de la colère, et où il aborde l'alimentation.

En effet pour lui, lorsque nous mangeons un animal qui a mal vécu, qui a été stressé toute sa vie, ou même qui a bien vécu mais qui a eu peur au moment d'être abattu, nous emmagasinons la colère et la peur à l'intérieur de nous.

Nous sommes ce que nous mangeons.

Lire cela à ce moment là pour moi a vraiment été une graine qui a été plantée et qui a poussé quelques années plus tard.
En effet, cela a été déterminant dans mon passage au végétarisme puis au végétalisme: je ne veux plus manger de la colère, je ne veux plus manger de la peur.

Et force est de constater qu'au bout de presque 2 ans, mon caractère et ma manière d'être ont profondément changé, je suis beaucoup plus apaisée, plus tranquille, plus confiante et plus forte.

Hasard?

* * *

J'essaye d'appliquer cette façon de manger en pleine conscience depuis que j'ai lu ce livre, c'est à dire une dizaine de jours, et ce n'est pas toujours facile pour le cerveau papillonnant qui est le mien, mais je m'accroche!


Je suis persuadée que cette pratique, bien que d'apparence anodine, peut être très puissante à plusieurs niveaux:
 
- Elle fait du bien à notre esprit en lui permettant de faire une coupure 3 ou 4 fois par jour dans nos activités quotidiennes. En prenant ce recul, nous sommes plus efficaces pour le reste.

- Elle fait du bien à notre corps puisque nous sommes connectés à nous-mêmes et nous savons ce dont nous avons besoin. Nous ne voyons plus les grignotages comme avant, nous pouvons perdre du poids et être en meilleure santé.

- Elle est bonne pour la planète car elle nous amène à manger des aliments de meilleure qualité et nous éloigne des aliments qui ne nous font pas du bien.

- Elle est bonne pour notre porte monnaie car elle nous reconnecte à la sensation de satiété et aux aliments qui sont bons pour nous, donc exit tous les grignotages et boissons sucrés et superflus. Lorsque l'on mange en pleine conscience, on mâche davantage et on mange moins.


Et vous, ça vous tente d'essayer de manger en pleine conscience?
 
 
 
 





9 commentaires:

  1. Bonjour,

    Tout d'abord, merci pour ton travail ici, c'est très inspirant.
    J'ai mangé en pleine conscience hier soir une salade d'endives et de tomates bio avec du vinaigre de framboise et une super huile d'olive.Effectivement, c'est pas quelque chose de simple lorsque comme toi ou moi, on a un cerveau qui carbure tout la journée. Mais tout bêtement, en se concentrant sur mon assiette, j'ai pensé à l'endive, à la tomate et aux framboises. C'était un pur moment. Je continue. Je mange très peu de viande et j'envisage d'arrêter, je suis une néo mnimaliste mais j'ai de bonnes bases car je viens d'un milieu ouvrier et c'est vrai que le gaspillage et le superflu, j'ai bcp de mal avec ça. Pour une fois que c'est bénéfique d'être fauchée ^^
    A très vite jolie salade

    RépondreSupprimer
  2. c'est marrant parce que j'ai failli commander ce livre hier et je ne l'ai pas fait mais du coup j'aurais peut-être du, tu vas me faire regretter lol ! Dans le même style je te conseille "le yoga de la nutrition" par contre désolée je ne me souviens plus de l'auteur. Mais ça devrait te plaire ;)

    RépondreSupprimer
  3. hasard ou coïncidences.....?
    on en a parlé lundi soir avec la personne qui nous fait les cours de méditation de pleine conscience! ;)
    elle appelle ça de la méditation informelle :)
    le livre est sur ma liste des achats "loisirs" du mois prochain ;)

    RépondreSupprimer
  4. Ravie que ça vous plaise!
    Le yoga de la nutrition ça m'inspire bien effectivement!
    Moi qui ai vraiment du mal à me mettre dans la méditation, c'est exactement ce qu'il me faut, de la pratique dans la vie quotidienne!

    RépondreSupprimer
  5. Oui, ton article me donne aussi bien envie de lire ces deux livres ! Pour moi, le repas est un moment très important dans la journée. Depuis quelques jours, mon petit nous fait des crises de colère le soir au repas, ça se termine en pleurs... Tu vois le topo ? Et, chaque fois, je trouvais que mon plat était fadasse ! Ca doit être un signe !

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ces conseils lecture ! ton blog m'a donné envie de me lancer aussi.
    Bon je suis loin d'être au même niveau mais disons que je prends le même chemin. Au plaisir.

    RépondreSupprimer
  7. Génial de lire finalement que toi aussi tu trouves que tout est lié...zéro déchets, vege, pleine conscience. Moi aussi ça fait pleinement écho en moi et j'adooooore manger en pleine conscience. Ça fait un bien fou de revenir à soi dans ce monde qui dégomme! Maintenant... Pourquoi ne pas aller plus loin et faire une retraite au village des pruniers et vivre en pleine conscience pendant une semaine, marche méditative, repas en pleine conscience et quelques enseignements du maître...et suivant où tu habites il y a aussi la maison de l'inspir qui est un petit paradis pour vivre en pleine conscience et en respectant notre terre mère ... À toi d'y réfléchir! Merci pour ta bonne humeur!

    RépondreSupprimer
  8. Je découvre ton blog via l'accro du budget. 3eme articles sur la pleine conscience que je lis en 10 jours ! c'est signe. On vit à un rythme de fou, de plus en plus à la maison nous prenons le temps de discuter de ce que nous mangeons, mes enfants cherchent quels épices j'ai utilisé, quel huile d'olive ou vinaigre dans la salade... cet été nous avons ramené 4 huiles différentes et ma voisine m'a fait découvrir lors d'un atelier (ça me fait penser à ton article sur la vente à domicile lol) des épices, huiles et vinaigres excellent. Bref tout ça pour dire je vais passer chez mon libraire

    RépondreSupprimer

On en cause ensemble?